ORIGINE DE L’AGRILE

L’agrile du frêne est un insecte ravageur originaire d’Asie. Arrivé en Amérique vers 1998, l’insecte a été découvert après la mort de plusieurs frênes dans la région de Détroit et de Windsor en 2002. On estime à 100 millions le nombre de frênes qui sont morts au cours des dix dernières années en raison de la propagation de l’agrile. Sa présence a été détectée pour la première fois en octobre 2013 sur le territoire de la Ville de Terrebonne.

En Asie, l’agrile n’est pas considéré comme une menace. Les frênes asiatiques ont évolué avec cet insecte et résistent mieux à ses attaques.

Par contre, les nombreux frênes nord-américains lui offrent une nourriture abondante et un habitat propice. L’agrile ne connaît ici aucun prédateur naturel, ce qui lui permet de se reproduire rapidement et sans entrave.

IDENTIFICATION DE L’INSECTE

L’agrile du frêne est un coléoptère vert métallique d’environ 12 mm. Son corps est allongé et ses yeux, globuleux. Sous ses ailes et ses élytres, son abdomen est de couleur cuivrée.

L’agrile pond des œufs minuscules en forme de disques, difficiles à repérer sur l’arbre. Une fois éclose, la larve ressemble à une chenille blanche ou beige à tête brune, avec dix segments bien définis en forme de cloche. Elle peut mesurer jusqu’à 32 mm. Elle vit sous l’écorce où elle creuse des galeries en « S ». L’insecte adulte émerge de l’arbre par un trou caractéristique en forme de « D ».

CYCLE BIOLOGIQUE

Les agriles s’accouplent durant l’été, entre juin et août. Les femelles pondent généralement de 60 à 100 œufs. Les larves éclosent 7 à 10 jours plus tard et s’enfoncent par la suite sous l’écorce où elles se nourrissent jusqu’au mois d’octobre. Elles hivernent dans le tronc ou dans les plus grosses branches où elles se transforment en nymphes le printemps suivant. Les insectes adultes émergent à partir du mois de juin lorsque la température est suffisante. Les mâles ont une durée de vie adulte d’environ deux semaines tandis que les femelles peuvent vivre jusqu’à trois semaines. Ils se nourrissent de feuilles et s’accouplent rapidement pour recommencer le cycle.

Les agriles adultes sont actifs lorsqu’il fait chaud et ensoleillé et se cachent par temps pluvieux. Ils peuvent voler jusqu’à 2 kilomètres, mais quittent rarement d’eux-mêmes leur arbre.

L’agrile se propage principalement par le transport des bûches.

IMPACT SUR LE FRÊNE

L’agrile du frêne, quoique discret, cause d’énormes ravages à un arbre infesté. Il peut tuer l’arbre en aussi peu que 3 ans. Les larves sont les principales responsables de ces dommages. Les galeries qu’elles creusent sous l’écorce empêchent la sève de circuler et d’atteindre la cime de l’arbre, qui est la première à dépérir.

L’agrile du frêne est difficile à repérer à son arrivée sur un nouveau territoire. Les premiers symptômes de dépérissement des frênes touchés peuvent mettre de 2 à 3 ans avant d’apparaître. Ces années sont donc cruciales puisqu’elles permettent à l’insecte de se reproduire abondamment et d’agrandir le foyer d’infestation.

MODE DE PROPAGATION

L’insecte se déplace peu par lui-même, mais il peut parcourir des distances phénoménales à l’intérieur de bûches ou de branches. Une fois introduit dans une région, il se reproduit rapidement et abondamment et ne révèle sa présence que lorsque l’infestation est déjà avancée. C’est pourquoi le déplacement de bûches infestées constitue le principal vecteur de propagation et est limité au maximum par la réglementation en vigueur en Terrebonne.

Assurer la collecte et la disposition sécuritaire des branches constitue une méthode efficace afin de réduire les risques de propagation. C’est pourquoi, la Ville offre aux citoyens un Service de déchiquetage de branches de feuillus à domicile pour assurer le traitement sécuritaire de cette ressource.